Accueil > Actions en région > Programmes Sanitaires > Tremblante Ovine : objectif resistance

Tremblante Ovine : objectif resistance

La tremblante est une maladie nerveuse des petits ruminants connue et décrite depuis le 18e siècle et aujourd’hui très rare. Les symptômes cliniques sont le changement de comportement, démangeaisons, tremblements, incoordination motrice, perte de poids et la mort (au bout de 1 à 6 mois)

Cette maladie a été récemment rattachée au groupe des ESST (Maladies à Prions avec toutefois un prion et une évolution qui lui est propre.

PRION et gènes de sensibilité à la tremblante

Il existe au sein des populations d’ovins différentes formes de prion naturelles, non pathologiques. La recherche a permis de confirmer qu’en fonction de la structure de leur prion (protéine particulière des cellules nerveuses) les moutons ne développaient pas de la même manière la maladie et certains marquaient une résistance durable.

Quatre gènes ont été identifiés comme étant déterminant dans l’apparition de la tremblante ovine :
ARR : gène de résistance quasi absolue de la tremblante (ARR/ARR)
AHQ : gène de sensibilité intermédiaire, rare dans la population ovine
ARQ : gène originel, plus forte sensibilité
VRQ : gène de la forme hypersensible à la tremblante

Ces 4 gènes fonctionnent par paire (1 sur chaque chromosome parental) de la manière suivante :

Génotype complet Code simplifié Sensibilité à la tremblante Intérêt
ARR/ARR R/R Double Résistant Transmet toujours la résistance
ARR/AHQ
ARR/ARQ
R/S Résistant Transmet la résistance à la moitié de sa descendance et la sensibilité à l’autre moitié
AHQ/AHQ
AHQ/ARQ
ARQ/ARQ
S/S Sensible Ne transmet pas de résistance
AHQ/VRQ
ARQ/VRQ
ARR/VRQ
H/S Très sensible Transmet l’hypersensibilité à la moitié de sa descendance
VRQ/VRQ H/H Hypersensible Transmet toujours l’hypersensibilité

La Sélection génétique pour éradiquer la tremblante

La méthode de dépistage génétique de la tremblante a été développée dans les Pyrénées Atlantique en partenariat avec l’INRA de Toulouse dès 1998. Dans les troupeaux atteints de tremblante enzootique, le génotypage des béliers reproducteurs permet d’identifier les béliers « à risque ». Ensuite, ne sont conservés que les animaux issus de luttes avec des béliers ARR/ARR. Ces animaux sont résistants, ils ne multiplient pas la protéine PRION et donc ne peuvent servir de réservoir à la maladie. Ils présentent le niveau de sécurité maximal vis-à-vis des ESST pour le consommateur.

Le programme national collectif de lutte contre la tremblante par la voie génétique, c’est à dire en sélectionnant les animaux reproducteurs mâles résistants à la tremblante est ainsi né il y a plus de 15 ans.

Le programme génotypage en région Languedoc-Roussillon

La FRGDS LR et les GDS ont développé le programme « Tremblante ovine » en subventionnant 100 % du coût H.T. du génotypage des béliers ou futurs béliers. Le vétérinaire réalise les prélèvements sur tube EDTA et envoie le tube au laboratoire d’analyse (Aveyron labo).
L’éleveur s’engage ensuite à éliminer les béliers porteurs du gène VRQ et ARQ.

Résultats

Aujourd’hui grâce à ce programme, au programme national conduit par Races de France auprès des centres de sélection, au travail des coopératives d’insémination et à l’inventaire des béliers auprès de l’EDE, la lutte contre la tremblante par la voie génétique est un succès et la filière ovine française est confortée dans sa qualité sanitaire offerte aux consommateurs.
En région Languedoc-Roussillon, 25% de la population de béliers a été testée depuis 2008.

PDF - 308.6 ko
Programme Tremblante Ovine